Une identité unique : le timbre.

      Le timbre est une des plus importantes caractéristiques du son musical.

En effet, le timbre d'un son est enfaite sa "couleur" propre. C’est son identité. Helmholtz (acousticien, 1821-1894) aura même proposé de lui donner le nom de Klangfarbe qui signifie "couleur du son" en langue allemande.

                 

Il permet de rendre un son musical unique au même titre que la voix chez les êtres humains. Ainsi, un son peut avoir la même hauteur ou la même fréquence mais jamais le même timbre. Il varie en fonction de la source sonore : de chaque insstrument, de chaque personne. Chaque source sonore possède un timbre qui lui est spécifique.


C'est grâce au timbre que nous pouvons distinguer un instrument d'un autre. En effet, lorsque qu'un violon et une guitare, pourtant deux instruments à cordes, ainsi qu'une trompette jouent les mêmes notes à la même intensité , nous ne pouvons pas dire que le son est identique. C'est le timbre qui diffère. C'est donc grâce à lui que nous avons la capacité de reconnaitre la voix d'une personne au téléphone, sans même qu'elle ne dise son identité.
 

Le timbre est propre au son musical. En effet, il ne peut s'appliquer qu'aux sons riches (complexes) et non aux sons purs. En réalité, le timbre naît d'une superposition de différentes harmoniques dont chaque amplitude est différente, c'est à dire de plusieurs ondes sinusoïdales. Ce sont ces harmoniques qui sont les multiples de l'onde fondamentale, qui viennent s'ajouter à elle et la "déformer". C'est cet ajout et cette déformation particulière qui font le son musical. Ce son aura alors un timbre unique, qui dépendra des harmoniques qui le compose et de leurs amplitudes. L'harmonique fondamentale, autrement dit celle qui aura la plus grande amplitude, donnera la hauteur à la note jouée.

C'est pourquoi un son pur, qui est simplement une unique onde sinusoïdale qui ne se compose que d'une seule harmonique ne peut avoir de timbre.

 

Le timbre varie selon les instruments et également en fonction de l'attaque. L'attaque correspond à l'intensité sonore au début d'une note, le moment où le son se forme. Ainsi, si on supprime les cinquante premières millisecondes du son émis par un violon, le son en devient quasiment méconnaissable. Il suffit de se référer aux enregistrements effectués sur l'oscilloscope pour voir qu'au début de l'attaque la corde vibre avec beaucoup  d'harmoniques puis finit par vibrer sur sa fondamentale.  

Le timbre d'un instrument peut également varier avec la forme de la caisse de résonnance par exemple mais aussi avec sa matière ainsi que la matière des cordes. Nous étudierons leurs influences sur le timbre du son, dans notre seconde partie.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site